La cleptomanie se caractérise par une impulsion régulière à voler, indépendamment de tout besoin économique ou usage personnel... Michel Lejoyeux, psychiatre et spécialiste des comportements impulsifs à l'hôpital Louis-Mourier de Colombes, revient sur cette maladie encore difficile à cerner

Quelle est la différence entre un cleptomane et un véritable voleur ?

Michel Lejoyeux : La différence est la même qu'entre un boulimique et un fin gourmet. Et c'est là que réside toute la difficulté, certains voleurs plaidant la maladie pour se défendre. A nous de distinguer le malade du voleur, c'est une question d'expertise.

Qu'est-ce qui caractérise donc la maladie ?

M.J. : Le véritable cleptomane, celui qui a la "manie" du vol, agit toujours seul. Il n'appartient jamais à une bande organisée. Contrairement à un voleur, le cleptomane dérobe n'importe quoi. Il prend des objets dont il n'a aucune utilité et qu'il jette souvent après. Il ne vole pas pour posséder, le cleptomane peut tout à fait être quelqu'un de riche. Il commet le délit dans n'importe quelle circonstance : l'important est la transgression de la loi.

Qu'est-ce qui fait qu'un individu devient cleptomane ?

M.J. : On en connaît mal les raisons. A priori, le cleptomane cherche par le vol à échapper à son quotidien et à un état de détresse. On sait qu'il a une dépendance au comportement lui-même. C'est une impulsion. L'acte de voler lui procure une décharge d'adrénaline dont il a besoin. Mais aucune étude n'a été réalisée sur eux : on les voit rarement en thérapie, sauf quand ils sont arrêtés...

Des malades peu enclins à se faire soigner

La cleptomanie fait partie des troubles du contrôle des impulsions. Le cleptomane obéit en effet constamment à un besoin irrépressible de voler, qui met fin à une lutte douloureuse entre sa conscience et cette obsession. Un comportement qui peut entraîner des conséquences judiciaires et qui explique pourquoi cette maladie est encore peu connue et donc peu aisée à traiter. En effet, les cleptomanes viennent rarement suivre une thérapie : "Tous les comportements impulsifs nourrissent de la honte, explique Michel Lejoyeux, psychiatre. C'est encore plus compliqué pour ces malades d'en parler et donc pour nous de comprendre le problème".

Chercher les autres problèmes...

Le psychanalyste Sandor Ferenczi, contemporain de Freud, assimile le cleptomane à un toxicomane qui tente de combler un sentiment de vide. La guérison implique donc l'identification et la neutralisation des causes psychiques de la cleptomanie. "Dans un cas de cleptomanie, nous allons surtout chercher les autres problèmes, remonter à l'origine d'un état anxieux et évaluer les liens avec son comportement impulsif, développe Michel Lejoyeux. Si nous découvrons une dépression, nous la traitons et, très souvent la "manie du vol" disparaît avec elle." Bref, avant proposer une thérapie au cleptomane, il faudra déceler, dans son histoire, les raisons de sa propension à se mettre en danger, signe d'un état de détresse...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Infolinks

partenaire

Blogs / Annuaire de blogs --------------- Blog ----------------- -------------- Annuaire blog - Blog société -- -- --------
Top Blog
------- France blogsDictionnaire en ligne --- Booste le trafic de ton blog -- Sciences Santé-- Classement Top Blogs ---- Annuaire gratuit --- Annuaire Web France -- Annuaire FuN --- referencement ---
---
----
---


chercher sur kimino
Ajouter un site
---
---

Annuaire Cyberpole.fr

---